Blog

L’Enseignement 48

À PROPOS DU DOUTE

Première partie

 

Adonaï Yéchoua leur dit: “Pourquoi êtes-vous troublés? Pourquoi avez-vous ces doutes dans vos coeurs?” (Luc 24:38)

Pourquoi les doutes montent en nous? Quelle question intrigante! Cela représente pour moi un défi, car la réponse traverse les frontières – le spirituel, l’émotionnel, le psychologique. Examinons d’abord le psychologique.

Je souhaiterais explorer deux aspects de notre esprit qui ont un impact sur le phénomène du doute. La première est l’attente. L’attente est la forte croyance qu’il se passe quelque chose. Elle repose sur la certitude absolue que lorsque ce qui est attendu (un événement, une action) ne se produit pas, notre croyance est ébranlée et ainsi, le doute s’installe. La cause la plus fréquente de conflits entre les gens, en particulier les couples, est l’attente non satisfaite. En effet, il y a un lien important entre l’attente et le conflit si bien que les Écritures en parlent. Par exemple, au chapitre 10 du livre des Proverbes, verset 28, nous lisons: L’espérance des justes est joie; pour les méchants, tout espoir est perdu. Pourquoi l’attente est-elle liée au mal?

Quand nous nous “attendons ” à ce que quelque chose se produise ou que l’autre réponde à notre attente, cela nous amène à projeter nos croyances vers eux. C’est exiger des autres, y compris Dieu, qu’ils soient à la hauteur de la situation dans le but de nous satisfaire. Si ce n’est pas le cas, nous pouvons ressentir toute une gamme d’émotions, allant de la déception au désespoir. Je vois aussi cela se produire souvent, en ce qui concerne les attentes des gens à l’égard de Dieu. Chaque fois qu’un désastre frappe, qu’il soit naturel ou créé par l’homme, beaucoup de gens blâment Dieu en premier et, s’ils surmontent cette douleur, peut-être blâmeront-ils les comportements des autres. J’ai souvent entendu le cri douloureux d’un coeur dire: “Comment un Dieu d’amour peut-il permettre qu’une telle chose se produise?” C’est le résultat de l’attente – mettre Dieu en boîte et croire qu’Il est là pour nous et non nous pour Lui. C’est souvent le point tournant lorsque d’ardents croyants deviennent soudainement éloignés de l’Amant de leurs âmes. Adonaï Yéchoua, le Seigneur Jésus, en parla ainsi lorsqu’Il enseigna la parabole du semeur, comme il est rapporté dans Luc 8:14: “Ce qui est tombé parmi les épines, ce sont ceux qui, ayant entendu la parole, s’en vont, et la laissent étouffer par les soucis, les richesses et les plaisirs de la vie, et ils ne portent point de fruit qui vienne à maturité.”

 

Quelle est donc la différence entre espoir et attente?

Considérant que l’attente est une croyance fermement ancrée en quelque chose qui se produit, l’espoir peut être défini comme un désir de quelque chose qui se produira. Remarquez-vous la nuance? La différence entre un désir et une croyance fortement ancrée est exponentielle, ce qui signifie que l’écart entre les deux est astronomique. Par exemple, si “je m’attends” à ce que ma femme bien-aimée prépare mon dîner ce soir et qu’elle m’appelle pour m’expliquer qu’elle aura une longue réunion et ne sera pas à la maison pour le préparer, il y aura un risque de conflit. Cependant, si “j’ai le désir” que ma femme prépare le dîner, à cause de son habileté à cuisiner, et qu’elle est incapable de le faire, le risque de conflit sera grandement réduit car les désirs sont intrinsèquement plus flexibles que les attentes.

Le deuxième facteur psychologique au sujet du doute est la perspective, conduisant aussi beaucoup au conflit. La perspective est l’aspect sous lequel on envisage quelque chose – la façon dont nous voyons le monde qui nous entoure. Sommes-nous rigides dans notre compréhension du monde et de la façon dont les choses fonctionnent ou sommes-nous souples dans notre perception du fonctionnement des choses? Si nous pensons en termes de bien et de mal, en noir et blanc, alors nous créons immédiatement des attentes. Malheureusement, la plupart des gens ne comprennent pas consciemment leurs propres perspectives du monde, telles qu’elles existent dans leur subconscient. Ainsi, lorsqu’ils sont confrontés à un comportement qui questionne leur vision rigide du monde, la réponse typique est le déni. Ce n’est que par une profonde introspection, souvent facilitée par un guide, que les négateurs peuvent réussir à découvrir la réalité de leurs perspectives.

Dans la deuxième partie sur l’enseignement du doute, je rassemblerai les impacts de l’attente et de la perspective sur la création du doute, à la fois le doute de soi et le doute de Dieu.

CONSIDÉREZ: Avez-vous des attentes à l’égard de Dieu et de Sa relation avec vous? Est-ce que votre vision du monde est flexible ou rigide? Dans quelle mesure êtes-vous prêt à changer vos suppositions au sujet de Dieu et des comportements des autres?

AGISSEZ : J’exhorte chacun d’entre nous à s’engager dans une réflexion critique avec un confident qui nous aidera, avec amour, ouverture et attention, à explorer les attentes que nous avons envers Dieu et le monde.

PRIEZ: Abba B’Shamayim, Père céleste, je Te demande humblement de me montrer mes vraies croyances, pas seulement ce que je pense croire. Aide-moi à les affronter; envoie quelqu’un sur mon chemin qui, avec amour, m’aidera à explorer et à venir à Toi à travers des prières de supplication (voir Philippiens 4:6).

En Ton Nom bien-aimé, je prie.

Que le Dieu d’Avraham, d’Isaac et de Jacob vous bénisse abondamment.

L’enseignement 46

Y a-t-il un but au mal?

La crainte d’Adonaï, c’est la haine du mal. Je hais l’orgueil, l’arrogance, le chemin du mal et la bouche perverse. ( Proverbes 8:13)

J’ai parlé de la source du mal avec plusieurs personnes. Quand on leur pose cette question, la plupart répondent “la source du mal est le diable”.  Bien que je puisse comprendre cette réponse, je ne suis pas d’accord. Les Écritures nous font savoir que la source du mal se retrouve dans nos propres désirs. Par exemple, dans la lettre du rabbin Sha’ul à Timothée (1 Timothée 6:10), nous lisons: Car la racine de tous les maux, c’est l’amour de l’argent. Pour s’y être attachés, certains se sont égarés loin de la foi et se sont infligé à eux-mêmes des tourments sans nombre.  Cependant, en réalité, chaque fois que nous laissons nos désirs néfastes et égocentriques dominer nos comportements, ils finissent par revenir nous hanter. C’est l’un des principes de justice de Yahvé, comme nous le lisons dans Jérémie 2: Ta méchanceté te châtiera, et ton infidélité te punira. Tu sauras et tu verras que c’est une chose mauvaise et amère d’abandonner Adonaï, ton Dieu, et de n’avoir de Moi aucune crainte, dit Adonaï ELOHIM-Tzva’ot.

Un exemple clair peut être trouvé dans l’histoire de Y’hudah (Juda).  Comme nous lisons dans Genèse 37:26, 27, Y’hudah dit à ses frères: A quoi nous servira de tuer notre frère et de cacher son sang? Venez, et vendons-le aux Ismaélites, et que notre main ne soit point sur lui; car il est notre frère, notre chair. Et ses frères lui obéirent. Y’hudah trompa son père en amenant ses frères à vendre Yosef (Joseph) à une caravane d’Ismaélites. Puis, dans la Genèse, au chapitre 38, nous découvrons les interactions de Y’hudah avec Tamar, sa belle-fille. Avant de poursuivre votre lecture, si vous n’êtes pas familier avec cet épisode, je vous invite à lire Genèse 38 maintenant.

De la duperie de Tamar, nous sommes témoins que Y’hudah comprend le message. Allons lire la Genèse 38:26 – Juda les reconnut, et dit: “Elle est moins coupable que moi, puisque je ne l’ai pas donnée à Schéla, mon fils.” Et il ne la connut plus. Ainsi, le mal fait à Ya’akov (Jacob) par Yosef a été rendu à Y’hudah par sa belle-fille Tamar.  (Yahvé a-t-il jamais dit qu’il y avait des degrés de mal?)

Bien-aimés, la crainte (l’admiration/le respect) de Yahvé est le commencement de la sagesse. Sans la sagesse et sa soeur, le discernement, nous sommes à la merci de nos propres impulsions et désirs. Sans l’exercice de la sagesse et du discernement, nos propres impulsions et désirs se tournent vers le mal; notre nature humaine est naturellement inclinée vers l’égocentrisme et l’égoïsme.  Sachez que tout acte nuisible émanant de nos pulsions et désirs naturels nous reviendra, car Yahvé laisse les conséquences de nos actes nous envahir, comme l’a écrit Jérémie: Ta méchanceté te châtiera, et ton infidélité te punira.

CONSIDÉREZ : Dans quelle mesure êtes-vous conscient de la source de vos décisions et de vos actions? Proviennent-elles principalement de vos désirs et impulsions égocentriques ou d’un désir d’obéir et de plaire à Yahvé, notre Dieu éternel?

AGISSEZ : L’autoréflexion est le processus d’introspection profonde qui nous aidera à découvrir les motivations de nos comportements et de nos décisions.  Invitez le Saint-Esprit du Dieu vivant à vous guider dans ce processus de découverte.

PRIEZ: Abba B’Shamayim, Père céleste, aide-moi, s’il- Te- plaît, à découvrir la source de mes comportements et de mes décisions; s’ils sont basés sur des désirs et des impulsions égoïstes, je m’en repens et Te demande d’éliminer ces fausses motivations et de les remplacer par Ta vérité.  En Ton Nom bien-aimé, je prie.

Que le Dieu d’Avraham, d’Isaac et de Jacob vous bénisse abondamment.

Devotion 84

Loving Others

The two highest commands in Torah are: Love Yahveh with all your heart, mind and strength (Deuteronomy 6) and Love your neighbour as yourself (Leviticus 19). It is no coincidence Adonai Yeshua, the Lord Jesus, cited these, when asked about the greatest commands, as we read in Matthew 22. How easy is it for us to obey these?

Loving Yahveh appears to be the command more easily obeyed but is it really? In response to the question, Rabbi, which of the mitzvot in the Torah is the most important, Adonai Yeshua gave the scribe, what we read in Matthew 22. We know these commands come from Torah and, therefore, knowing this we also should know that failure to obey His commandments from Torah constitute disobedience. Yet how many of His followers have taken the position that His commands in Torah have been nullified by Adonai Yeshua’s death and resurrection?

Then we arrive at the second greatest command, loving our neighbours. This command is also difficult for many of us to obey. There are several reasons for this.  Well, our relationships with our neighbours tends to be up close and personal; unless we are hermits, our relationships do not exist at a distance. Let’s examine some of the impediments to loving our neighbours as ourselves.

A primary reason is, of course, our DNA. We human beings are born with a built-in need to survive. Thus, whenever we feel our security is in jeopardy, there is conflict. A child is hungry – he cries. A child is in physical distress – she wails. This is true of adults also; however, our crying and wailing becomes more subtle and often more devious, as we ‘mature’. In Deuteronomy 29:9-11, we are given a rationale for loving our neighbours – Today you are standing, all of you, before Adonai your God — your heads, your tribes, your leaders and your officers — all the men of Isra’el,  along with your little ones, your wives and your foreigners here with you in your camp, from the one who chops your wood to the one who draws your water. We, who form a community, either structured or unstructured, are not the same. Some of us have more education than others; some have more life experience; some have more physical dexterity, etc. In other words, we are different from each other and, yet, we are together.

Human nature has an element of competition that is so very difficult to over-come, even among believers in the One True God. If you doubt this, just read the all-too-frequent Facebook posts focused on politics, the Names of God, the deity of Adonai Yeshua, and the list goes on. Those in positions of leadership (Pastors, Deacons, Rabbis, Shamashim, Teachers) often assume a hierarchical stance on the interrelational ladder, rather than an egalitarian position. Why is this?

Often, we humans over-evaluate our own positions, knowledge, contributions, and under-evaluate those of others. Even believers have a great difficulty in being non-competitive.

Also, even though we do have a greater level of education, experience or whatever than others, this does not mean that others excel in domains different from ours. However, the trend seems to be the one area where we do excel is generalized into all areas of our life, giving us a superior edge.

Finally, and most importantly, there is a distinction between us and our Creator. This is not a small distinction but an infinite one. Compared to the Almighty, we are puny, insignificant, and yet, He desires a relationship with each and every one of us, through His Son Adonai Yeshua.

Beloved, focusing on our relationship with the Ruler of the Universe and the Lover of our Souls, will often bring us back to the reality – He loves us because He is Love. There is nothing in or of us that attracts Him! He loves us because He is Love! How do you interpret that reality into your relationships with others?

CONSIDER: It is often difficult to love others, particularly those whose qualities and characteristics do not match our standards. Look closely into your own heart and identify what is blocking you from loving those around you. If you look to them first, then you have already identified the problem – pride.

ACT: During Yom Teruah, or Rosh Hashanah, if you prefer, we take this opportunity to repair relationships with those that have been broken. I urge you to step forward, be the mature one and reach out to that person. Offer her/him the hand of reconciliation. Doing so, shares the love of Yahveh/Adonai Yeshua.

PRAYER: Abba B’Shamayim, Father in Heaven, I come to you this day seeking your leadership, your guidance, your wisdom. Please be with me as I step forward and reach out to someone with whom there is a strained relationship (name). I sincerely request the Blessed Holy Spirit of the Living God to guide me. In Your Beloved Name I pray.

Michael’s Story

Welcome to my story in blog-form. Over the next few months, I will be sharing portions of my life story; this is not for self-aggrandizement or up-lifting but to encourage and help others who are on their own journey and have similar experiences.  I do pray these will encourage you.

Spiritualism – November 19, 2017

Devotion 29

Where are we Standing?

As any student of literature will acknowledge, human analogies often fail, as they do not encapsulate every possible contingency.  To my understanding there is only one whose analogies have stood the test of time – Adonai Yeshua, the Lord Jesus.  Well, having made this statement, I now venture into the realm of analogy, with my question – Where are we Standing?

To what may the Kingdom of God be compared?  It may be compared to an enormous cruise ship.  Imagine this ship having many, many levels, with nooks and crannies within each level.  Now, imagine believers inhabiting the cruise ship, as we navigate our way through life.

For some believers, they have placed themselves into a stateroom, with only a porthole providing light.  Looking through the porthole provides the only window into the Yahweh’s world and, simultaneously, the world around us.

Other believers only position themselves on the bow of the ship, continuously looking forward, without any idea of what is behind them or of their port of departure.  Still others stand at the stern, looking back from whence they came but unable or unwilling to look forward.

Then there are believers who position themselves in the entertainment section of the ship, focused only on the good feelings they have through the activities they engage.  Others find themselves in the engine room, ensuring everything is running smoothly but not allowing themselves the refreshment of the upper decks or the entertainment sections, considering them to be frivolous.

A number of believers are stationed in the bridge and, from here, they can observe both where they are going and where they have been.  They stand close to the Captain and listen for His voice, as He guides them in the workings of the ship and their roles.

Beloved, does the analogy work for you, at some level?  Do you envision its application to your spiritual life in His Kingdom today?  I urge you to read Revelation 1 through 3, as Adonai Yeshua speaks directly to the seven groups of believers, who consider themselves within the Kingdom of God.

Thank you, Abba, for Your Word, for Your perfect directions for our lives, as our only Captain.  We pray for wisdom, discernment and guidance.  Help us navigate Your compass heading with joy, contentment and certainty.  In Your beloved Name we pray.

May Yahweh bless you richly.

How May We Serve You?

We offer the following Services to you:

Teachings

1-Minute Devotional Messages: These short devotional messages focus on various aspects of Messianic Belief and Thought.

Audio Messages: Our 30-minute messages teach many of the fundamental underpinnings of Messianic Belief.

Biblical Investigations:  These 30-minute video teaching Series investigate crucial issues in Messianic Belief.

Counsel

If you have a question about Messianic Belief, please do not hesitate to contact us at: heartformessiah@gmail.com

Prayer Requests

Send us your prayer requests and we will share these with our partners and friends. The prayers of the righteous are powerful. (James 5:16)  Image what the prayers of many may accomplish.