Enseignement 46

Y a-t-il un but au mal?

La crainte d’Adonaï, c’est la haine du mal. Je hais l’orgueil, l’arrogance, le chemin du mal et la bouche perverse. ( Proverbes 8:13)

J’ai parlé de la source du mal avec plusieurs personnes. Quand on leur pose cette question, la plupart répondent “la source du mal est le diable”.  Bien que je puisse comprendre cette réponse, je ne suis pas d’accord. Les Écritures nous font savoir que la source du mal se retrouve dans nos propres désirs. Par exemple, dans la lettre du rabbin Sha’ul à Timothée (1 Timothée 6:10), nous lisons: Car la racine de tous les maux, c’est l’amour de l’argent. Pour s’y être attachés, certains se sont égarés loin de la foi et se sont infligé à eux-mêmes des tourments sans nombre.  Cependant, en réalité, chaque fois que nous laissons nos désirs néfastes et égocentriques dominer nos comportements, ils finissent par revenir nous hanter. C’est l’un des principes de justice de Yahvé, comme nous le lisons dans Jérémie 2: Ta méchanceté te châtiera, et ton infidélité te punira. Tu sauras et tu verras que c’est une chose mauvaise et amère d’abandonner Adonaï, ton Dieu, et de n’avoir de Moi aucune crainte, dit Adonaï ELOHIM-Tzva’ot.

Un exemple clair peut être trouvé dans l’histoire de Y’hudah (Juda).  Comme nous lisons dans Genèse 37:26, 27, Y’hudah dit à ses frères: A quoi nous servira de tuer notre frère et de cacher son sang? Venez, et vendons-le aux Ismaélites, et que notre main ne soit point sur lui; car il est notre frère, notre chair. Et ses frères lui obéirent. Y’hudah trompa son père en amenant ses frères à vendre Yosef (Joseph) à une caravane d’Ismaélites. Puis, dans la Genèse, au chapitre 38, nous découvrons les interactions de Y’hudah avec Tamar, sa belle-fille. Avant de poursuivre votre lecture, si vous n’êtes pas familier avec cet épisode, je vous invite à lire Genèse 38 maintenant.

De la duperie de Tamar, nous sommes témoins que Y’hudah comprend le message. Allons lire la Genèse 38:26 – Juda les reconnut, et dit: “Elle est moins coupable que moi, puisque je ne l’ai pas donnée à Schéla, mon fils.” Et il ne la connut plus. Ainsi, le mal fait à Ya’akov (Jacob) par Yosef a été rendu à Y’hudah par sa belle-fille Tamar.  (Yahvé a-t-il jamais dit qu’il y avait des degrés de mal?)

Bien-aimés, la crainte (l’admiration/le respect) de Yahvé est le commencement de la sagesse. Sans la sagesse et sa soeur, le discernement, nous sommes à la merci de nos propres impulsions et désirs. Sans l’exercice de la sagesse et du discernement, nos propres impulsions et désirs se tournent vers le mal; notre nature humaine est naturellement inclinée vers l’égocentrisme et l’égoïsme.  Sachez que tout acte nuisible émanant de nos pulsions et désirs naturels nous reviendra, car Yahvé laisse les conséquences de nos actes nous envahir, comme l’a écrit Jérémie: Ta méchanceté te châtiera, et ton infidélité te punira.

CONSIDÉREZ : Dans quelle mesure êtes-vous conscient de la source de vos décisions et de vos actions? Proviennent-elles principalement de vos désirs et impulsions égocentriques ou d’un désir d’obéir et de plaire à Yahvé, notre Dieu éternel?

AGISSEZ : L’autoréflexion est le processus d’introspection profonde qui nous aidera à découvrir les motivations de nos comportements et de nos décisions.  Invitez le Saint-Esprit du Dieu vivant à vous guider dans ce processus de découverte.

PRIEZ: Abba B’Shamayim, Père céleste, aide-moi, s’il- Te- plaît, à découvrir la source de mes comportements et de mes décisions; s’ils sont basés sur des désirs et des impulsions égoïstes, je m’en repens et Te demande d’éliminer ces fausses motivations et de les remplacer par Ta vérité.  En Ton Nom bien-aimé, je prie.

Que le Dieu d’Avraham, d’Isaac et de Jacob vous bénisse abondamment.